Quand vient le temps d’être démagogue, la « gauche » (étatiste qui veut plus de programmes sôôôciaux) a peu d’égaux. Au niveau national, le Centre canadien de politiques « alternatives » (CCPA) se dépasse dans chacun de ses « rapports » ou blogue pour justifier la tyrannie de l’État. Récemment, Trish Hennessy du centre y est allé d’une liste de mots que l’on devrait retirer de notre vocabulaire par « solidarité ». Voyons voir ce qu’elle contient (les italiques sont la version originale, traduite).

Austérité

Le gel des salaires publics ainsi que des coupures de dépenses et dans l’emploi ajoutent au fardeau post-récession du Canada. Même le FMI (Fonds monétaire international) admet ses torts au sujet de l’austérité. Sortons-la de notre misère.

Coupures de dépenses, vraiment? Pour se sortir d’une récession, il FAUT couper parce qu’elle est causée par une période d’excès causée par le gouvernement – Harding a très bien réussi, de même que l’Estonie. Le gouvernement, généralement via la banque centrale et des taux d’intérêts trop bas, encourage les gens à dépenser. Malheureusement, « l’argent des autres finit par manquer », alors les taux doivent monter, ce qui engendre la récession, ou la monnaie s’effondre via l’hyperinflation.

Quant au FMI, cette organisation est une relique de l’impérialisme qui n’a plus sa raison d’être, surtout quand il s’imagine qu’augmenter les impôts (élevés) crée plus de revenus ou que l’organisme a simplement besoin de plus d’argent pour régler les crises de dette.

Attrition

Cet euphémisme a été utilisé pour justifier la fin du courrier à domicile par Postes Canada – on économise via l’attrition de 8000 emplois. Dans le dictionnaire, on le définit comme « une usure constante pour affaiblir ou détruire

Il y a 100 ans, l’attrition aurait été au sujet des marchands de chandelles perdant leur emploi à cause de l’électricité ou des maréchaux-ferrands à cause de l’automobile. N’est déplaise au CCPA, le courriel remplace de plus en plus le courrier régulier. De plus, Postes Canada se maintient uniquement au travers de son monopole; sans lui, la compagnie ferait vite faillite à cause de ses pensions très généreuse et son inefficacité.

Familles de classes moyennes qui triment dur

Ce terme fourre-tout est utilisé par les politiciens afin de montrer leur compassion envers nous. Il est généralement accompagné par des promesses vides. Qu’en est-il des personnes hors de la classe moyenne? De ceux qui n’élèvent pas de familles? Qui ne travaillent pas?

Je suis obligé de concéder un point ici. Les politiciens sont en effet passés maitres dans l’art de « parler pour rien dire. » Ce qui les motive principalement, ce sont les donateurs ou, pis, les lobbyistes, pour qui la totalité de la réglementation est écrite – généralement afin de stopper un concurrent plus compétent.

Intérêts spéciaux

Terme dérogatoire utilisé par les politiciens quand ils n’aiment pas ce qu’ils entendent ou quand ledit groupe voulant du changement ne donne pas assez de votes.

Il y a du vrai dans cette définition. Par contre, « intérêt spécial » s’applique à tout groupe organisé voulant utiliser l’État pour arriver à leurs fins. Que ce soient des syndicats refusant de dévoiler l’utilisation des cotisations syndicales prises de force ou des compagnies voulant bannir certains produits meilleur marché, nous sommes tous perdants.

Advertisements