• Bonjour, je m’appelle Pierre-Guy et je suis un hérétique.

  • Bonjour, Pierre-Guy!

  • Tout comme vous, je vis à contre-courant et je défends des choses que tout le monde condamne. Aujourd’hui, je vais vous parler des droits des fumeurs.

  • Droits? Le seul droit qu’ils ont, c’est de ne pas m’empester avec leur fumée! s’exclame, du fond de la salle, une femme nommée Mary M. C’était visiblement la première fois qu’elle venait ici
  • J’ai jadis pensée comme vous, Mme M. On fumait dans mon entourage, et vivre à Mexico aurait probablement été plus sain que les réunions de famille du jour de l’An. Toutefois, avec le temps et les (très) nombreux règlements contre le tabac, j’en suis venu à me questionner sur la pertinence de ces derniers. L’instigateur de cette réflexion est ce règlement municipal à Surrey, Colombie-Britannique, qui veut bannir la cigarette des parcs et des plages de la ville.

Des dangers exagérés?

  • On veut ainsi protéger les gens de la fumée secondaire! Elle tue des milliers de personnes par année!

  • Des milliers? Une petite recherche m’a permis de trouver que les conclusions de l’EPA, l’équivalent d’Environnement Canada aux États-Unis, auraient été largement exagérées. Notamment, l’agence a ouvertement élargi son seuil de confiance de 95 % à 90 %. Statistiquement parlant, c’est énorme comme ajout, et c’est ce qui a permis d’obtenir la corrélation voulue. Ce biais, et bien d’autres, ont été indépendamment confirmés par le Service de recherche du Congrès (dans le rapport CRS-95-1115) et par le juge William Osteen, qui a donné raison à des compagnies de tabac sur l’exagération des données.
  • Ce docteur que vous citez a probablement été payé par des compagnies de tabac!

  • Il affirme ne pas l’avoir été. Mais même si c’était le cas, que faites-vous des deux autres groupes qui sont arrivés aux mêmes conclusions? Et que pensez-vous de la US National Library of Medicine? Serait-elle, elle aussi, commanditée par les compagnies de tabac?

« Pour leur bien »

  • Mais il n’en demeure pas moins que la cigarette demeure dangereuse!
  • Et vous croyez, Mme M., que les fumeurs ne le savent pas?
  • Ils le savent, mais pour leur bien, il est nécessaire d’agir!
  • « Pour leur bien »? Êtes-vous en train de dire que c’est à l’État de dire à ses citoyens comment vivre?
  • Pour des choses aussi répréhensibles, oui!
  • Hum … Selon ce que l’on m’a appris à l’école, notre système politique nous faire élire des gens pour nous servir et non pour nous diriger. Dès lors que les élus commencent à nous diriger, surtout quand c’est « pour notre bien », l’autoritarisme n’est jamais très loin.
  • Autoritaire?!
  • Oui! Dès lors qu’un gouvernement, supposément du peuple, devient aussi répressif envers une catégorie de citoyens, qui sait ce qu’il fera ensuite? Les fumeurs sont une cible facile car la cigarette est très mal vue dans notre société. La démocratie devient alors ce que plusieurs craignaient : une dictature de la majorité. On taxe et surtaxe les cigarettes sans grande justification …
  • Oui, les fumeurs doivent payer pour les couts qu’ils encourent!
  • Ah oui, les couts du tabagisme. Vous serez peut-être surprise d’apprendre que vous, qui semblez en santé, risquez fort probablement de couter plus cher à la société. De plus, isoler un groupe spécifiquement parce qu’ils encourent des couts supplémentaires, comme on l’a fait en Californie, est ridicule. À quand une taxe spéciale contre les Noirs, principales victimes de la drépanocytose? Ou contre les Tremblay, principaux porteurs du syndrome d’Andermann?

Restreindre la liberté de circulation

  • Sans grande justification, disais-je donc, surtout si l’on considère que l’alcool fait aussi beaucoup de ravage et que son utilité pour le corps humain se rapproche de celle de la cigarette; on bannit la cigarette partout, y compris dans des lieux privés, enlevant ainsi une grande liberté de choix aux gens …
  • Mais tous les bars et restaurants étaient fumeurs!
  • Et personne n’était obligé d’y aller! Puisque les non-fumeurs sont en majorité, ils auraient facilement pu se regrouper et décider de boycotter tel bar ou tel restaurant parce qu’il permet aux gens de fumer. Après un certain temps, se rendant compte d’un baisse fulgurante de sa clientèle, ledit bar ou ledit restaurant interdirait tout simplement la cigarette! Je serais d’ailleurs curieux de savoir combien de bars et restaurants reviendraient en arrière si on leur laissait le choix …

Enfin bref, ce n’est pas au gouvernement à dicter aux gens qui ils peuvent ou non laisser rentrer dans leur propriété. Avis aux gens intéressés : il est possible de combiner section fumeur ET non-imposition d’une décision gouvernementale. Lors d’un voyage à Boise, Idaho, ville aux températures hivernales semblables à celles de Toronto, j’ai remarqué que les bars que j’ai visités avaient tous des sections fumeurs séparées du reste du bâtiment. Pourtant, aucun règlement ne les oblige à le faire!

Remplacer un vice par un autre

  • Finalement, l’interdiction totale des commandites de tabac, et de l’affichage de leurs produits dans les commerces, est une autre atteinte aux libertés individuelles. Avant que vous ne m’interrompiez encore, Mme M., j’aimerais vous demander : quelle différence y a-t-il entre les Grands Feux Benson & Hedges et les Grands Feux SAQ? L’alcool cause beaucoup de dommage au corps humain, sans compter les trop nombreux morts causés par des chauffeurs ivres. De plus, plusieurs dépanneurs ont décidé d’afficher des pubs de tabac sur les panneaux opaques couvrant les cigarettes …

Aussi, quelle différence y a-t-il entre une commandite de Craven A et de Loto-Québec? Le jeu compulsif aussi crée des problèmes dans la société : dette, faillite, divorce, vol parfois. Serait-ce le contrôle de l’État qui rend les vices plus acceptables?

  • Je vous remercie de votre attention, et vous invite à ne pas tomber, comme que je l’ai jadis fait, dans le piège de la répression. C’est toujours facile de s’en prendre à une minorité marginalisée comme les fumeurs. Mais n’oubliez pas que nous faisons d’une partie d’une minorité : ethnique, sexuelle, linguistique, religieuse, etc. Pour citer la règle d’or : faites aux autres ce que vous voulez qu’ils vous fasse. Merci (applaudissements nourris).
Publicités