Ce tour de force pour le bois et les transports se reflétera dans une stratégie visant à atteindre « l’indépendance » énergétique et à transformer plus de ressources naturelles (par opposition à leur exportation directe sans transformation) pour, dit-on, faire « en sorte que davantage de valeur ajoutée, de savoir-faire et d’emplois soient créés au sein de notre économie. » Oui, vous avez bien lu : un parti dirigé par un économiste croit encore aux sophismes mercantilistes du 18e siècle qui affirment, entre autres, que l’on doit privilégier la production domestique à l’importation et, sans doute, que l’on doit avoir plus d’exportations que d’importations. Jean-Baptiste Say, célèbre économiste français, s’arracherait les cheveux en lisant ceci. Il a clairement démontré, au début du 19e siècle, que pour payer les importations, on doit exporter. Et ces exportations sont composées de notre production, qui fait travailler bien des gens. Que ce soit des ressources naturelles ou des produits transformés n’a strictement aucune importance. Si l’échange est consensuel, alors les deux parties sont gagnants. En fait, Say va même jusqu’à dire qu’un pays gagne à importer plus qu’il n’exporte (en autant, bien sûr, que ce n’est pas à crédit).

Un Léviathan en expansion

Comme le contrôle du commerce et des ressources naturelles ne semble pas suffire, ON veut également que le gouvernement prenne encore plus de place en santé et en éducation. Comme si plus d’argent dépensé allait régler tous les problèmes

La principale proposition en éducation vise la gratuité totale, de la maternelle au doctorat. La seule balise posée sera que les étudiants « fassent profiter » la « société » québécoise de leurs acquis (et, par extension, les étudiants étrangers qui demeureront au Québec.). Encore une fois, le parti de M. Aussant ignore les principes fondamentaux de l’économie. Pour illustrer le gaspillage qui se créerait, voici un exemple imaginé par un enseignant d’économie globale au cégep de Sainte-Foy : « Imaginez que HMV annonce que tous les disques en magasin sont gratuits. Si vous le pouvez, vous allez évidemment vous y précipiter à toute hâte! Vous ramasserez le plus de disques que vous pouvez avant que les autres ne les prennent. Même si vous n’aimez pas Ginette Reno, vous allez prendre ses disques, parce qu’au passage, vous allez ramasser d’autres disques que vous aimez. Rendus chez vous, vous allez donc jeter les disques de Ginette Reno. »

Donc, si l’éducation est complètement gratuite, les gens vont s’y précipiter en horde. Ils choisiront probablement, comme c’est le cas aujourd’hui, des domaines aux débouchés limités puisqu’ils n’ont pas à payer directement leurs études. Ils nourriront ainsi leur esprit… mais quelle sera la valeur d’un tel diplôme? Parmi les 300 universités les mieux cotées de la planète, il faut attendre au 137e rang pour voir une université québécois francophone (Université de Montréal); McGill se retrouve au 17e rang. .Jusqu’au 137e rang, à peine 25% des universités ont des frais de scolarité moyens (au bac) inférieurs ou égaux à deux de l’UdM. Aussi n’y a-t-il que 5 universités dans le top 25 dont les frais moyens au bac sont inférieurs à 8 000 $. J’ignore si les couts de l’éducation déterminent la qualité d’un diplôme, mais une chose est sûre : quand les gens ne paient pas le gros prix (plus de 30 000$ à Harvard) pour leurs études, ils sont plus négligent. Je peux en attester personnellement pour le cégep…